La Revitalisation de La Brée Les Bains n’est pas un bon exemple

Le magazine du Conseil général de la Charente-Maritime n°37 de décembre 2010, donne en exemple l’aménagement de la place de la République.

Conseil-general.jpg

Sous quelle condition , et à quel prix ?

Le projet avait été mis en avant par l’ancien Conseil Municipal en octobre 2007. Elections municipales en mars 2008, le sujet est repris quelque temps après, par le nouveau Maire, et, lors d’une réunion préparatoire avec les membres du Conseil Municipal, le projet d’aménagement nous est présenté, et dans quelle condition ? Nous serions pénalisés d’un fort dédommagement auprès de l’architecte rochelaise qui avait fait le pré-projet d’aménagement ( on peut considérer cela comme un mensonge ), si nous n’acceptions pas le projet. Certains membres du Conseil n’étaient pas d’accord, pour poursuivre cette opération.

Ce projet était estimé par le Maire à 450.000 € ( on retrouve facilement le montant indiqué dans le journal des Propriétaires N° 90 Janvier-février 2008 page 18 ).

Revoyons le sujet avec la séance du Conseil Municipal du 16 janvier 2009 :

 

 

En ce qui concerne les toilettes pour lesquelles S. Mougeotte a dit que c'était le CCAS  qui avait pris la décision : F. Anselmi qui fait partie du CCAS : la question n'a jamais  été abordée.

Résumons le montant des marchés pour la place :

Place =Lots 1+2+3 : 411.296, 19 € TTC, il faut ajouter à ce montant, les honoraires de l’architecte .

CR du CM

Les WC =  Lots 4+5 : 53.014,29 €  TTC

 Nous en sommes donc à un montant de plus de 500.000 €  TTC

pourtant, nous sommes dans une grave période de récession.

Nous constatons déjà des dégradations de la place et aucun courrier n'a été fait par le maire ou l'adjoint en charge des travaux : Mr MILLOT, auprès des entreprises exécutantes (courriers pourtant réclamés à plusieurs reprises par l'ancien adjoint Mr Brunet).Il est vrai qu'il est difficile de suivre les chantiers depuis son domicile.

Si vous n’avez pas été invité à l’inauguration de cette place, Monsieur le Président du Conseil général de la Charente-Maritime, c’est que cette place n’est pas conforme à la décision Européenne : les accès à la Mairie et à la Poste n’ont toujours pas été effectués pour les handicapés, dans le montant total de la place devaient être inclus ces accès handicapés, rien n'a été fait ! Par contre on a dépensé pour le jeux de boules : 31.211 € HT. IL se peut que notre Maire n'a pas eu de courage d'inaugurer, il lui faut éviter une nouvelle risée

C’est bien de mentionner un financement du département à 30% pour les travaux de la place de la Mairie, les Brénais par le biais des impôts ont aussi leur quote- part.

Et enfin, en ce  qui concerne le parking des Ardillères, il avait été inscrit au budget 2010 pour un montant de 40.000  par le vote" d'une partie du conseil" et CM du 25 mai 2010 , aujourd'hui, nous en sommes à 66 000 € soit 165 % du prix prévu et GRANDIOSE.Le pompon c'est que ce parking est complètement inefficace, non accessible aux camping-cars et dangereux d'accès sur la route en sortie de stationnement ( accidents à prévoir ).

    On passe sur les sujets abandonnés : plan de circulation, les îlots directionnels, le film touristique, les problèmes du marché, de certains terrains de camping, les marais “empoisonnés”, rénovation du bâtment rue Gal de Gaulle…et d’autres..Rien n’est oublié, tout est mémorisé par chacun de nous.

Que le Maire veuille bien informer tous les conseillers lorsqu’il y a des achats en dessous de 15.000 € . Le Conseil Municipal avait limité  l'autonomie du maire pour prendre les décisions sur les dépenses à 15.000  euros.

                    Braves Brénaises et Brénais, en résidences principales ou secondaires, préparez vous à payer cette mauvaise gestion communale.

Ont partcicipé à la rédaction : ANSELMI Françoise, BRUNET Elisée, CHEVRIER Philippe, DAISSE MIchel, FRANC Joseph, Conseillers Municipaux, qui ne sont jamais informés des initiatives par le Maire et ses adjoints, mis devant le fait accompli lors des séances du Conseil Municipal et qui sont oubliés volontairements à des réunions ou des invitations.